Amazon et Virgin à l’assaut de l’espace

Amazon virgin espace

Qu’ont en commun Jeff Bezos, CEO d’Amazon, et Richard Branson, CEO de Virgin ? Des milliards de dollars chacun certes, le papa d’Amazon est même récemment devenu l’homme le plus riche de la planète. Des empires bâtis sur des modèles disruptifs, également mais là n’est pas la discussion. Je veux parler de leur rêve de proposer (ou commercialiser) des voyages dans l’espace. Depuis plus d’une quinzaine d’année, ce rêve est à peine voilé. Branson travaille dessus depuis 2004, Bezos a, lui, créé une entreprise en 2000, Blue Origin, en charge de développer de nouvelles technologies permettant d’abaisser les coût d’accès à l’espace.

Où en sommes-nous et quand pourront-nous faire un voyage initiatique au-dessus de la stratosphère ? Présentation de ces deux projets galactiques.

 

Virgin Galactic


Amazon virgin espace

Avec son entreprise, Virgin Galactic, Richard Branson souhaite vendre des tickets à 250 000$ l’unité pour un vol à 110 km du sol et quelques minutes en apesanteur. Pourquoi 110km ? Afin de naviguer entre l’atmosphère et l’espace et d’ainsi éviter une mise en orbite. Ce projet de vol suborbital est annoncé officiellement depuis plus de 10 ans mais a pris du retard. Entre différentes expérimentations et accidents, le projet a été repoussé. Le crash d’un vol d’essai en 2014, causant la mort du pilote et blessant grièvement le copilote, a amené Virgin Galactics à revoir le mécanisme de freinage.

Pour atteindre son objectif, le vaisseau VSS Unity est transporté aussi haut et vite que possible par un énorme avion, Eve. De là, le VSS Unity peut se détacher de l’avion et allumer son réacteur pour atteindre tout seul les limites de l’atmosphère terrestre. Le retour sur terre se fait ensuite à grande vitesse et le freinage s’effectue selon la procédure du feathering.

Virgin Galactics a noué un partenariat avec deux entreprises italiennes pour installer un spatioport dans la botte italienne. Après des vols d’essais habités réussis à plus de 35 km du sol, Richard Branson a partagé sa conviction que tout serait prêt pour la fin 2018. Un timing compliqué si l’on s’en tient à toutes les annonces de l’homme d’affaire depuis 2009. Affaire à suivre donc…

 

 

Le projet Blue Origin et les capsules New Shepard


Amazon virgin espace

Jeff Bezos souhaite également conquérir le secteur du tourisme spatial avec des tickets dont les prix oscilleront entre 200 000 et 300 000$. Pour arriver à cet objectif, Blue Origin s’y prend d’une façon assez différente.

Il s’agit tout simplement d’une fusée dont la capsule sera propulsée à quelques 115 km et amorcera sa descente en déployant des parachutes. En 2015, la fusée servant à la propulsion de la capsule n’est pas retombée au hasard mais est revenue atterrir à son point de départ. Cette méthode permet ainsi de réelles économies par la réutilisation de la fusée. Elle est ainsi également utilisée par SpaceX

Les essais effectués par Blue Origin sont de plus en plus concluants. Le dernier en date? 119 km de hauteur pour une capsule (non habitée), 10G d’accélération, 3600 km/h et un processus sans accrocs. Les premiers vols touristiques pourraient avoir lieu dès 2019 !

 

 

Alors, plutôt Virgin Galactic ou Blue Origin?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *