Les transhumanisme, un concept de science-fiction bien réel

white-mirror-transhumanisme

The future is bright, right? 

White Mirror ouvre un dossier un peu plus sombre et traite des thématiques générées par la série d’anticipation Black Mirror. Aujourd’hui, place à l’épisode 3 de la saison 1, The Entire History of You, et la question du transhumanisme, ou l’intégration de la technologie à l’être humain.

 

Résumé (rapide) de l’épisode

Dans cet épisode, plébiscité comme étant l’un des tous meilleurs de la série, les humains ont la possibilité de vivre avec un implant dans le cerveau relié à leur globe occulaire. Celui-ci leur permet de revoir des événements qu’ils ont pu vivre et d’enregistrer tous les moments de leurs vies. L’histoire suit un jeune couple qui dispose d’implants. Comme on peut s’y attendre dans un épisode de Black Mirror, les dérives de cette technologie seront pointées du doigt à travers une affaire d’adultère. Prolongement direct de l’humain, cet implant étend la capacité de mémoire de ses hôtes. Science-fiction pour certains, avancée nécessaire pour d’autres, cette application du transhumanisme n’est pas forcément si futuriste ou novatrice.

On peut penser aux Google Glass qui apportent des informations additionnelles sur notre environnement projetées sur les verres des lunettes. On peut également voir plus loin avec Samsung qui développe des lentilles oculaires connectées à son smartphone. Sinon, on peut aussi juste remplacer son oeil par un organe plus performant.

Le projet EYE (Enhance your Eye) développé par la sociéé italienne MHOX vise à commercialiser des yeux bioniques pour améliorer la vision. Zoomer, enregistrer, enclencher une vision nocturne … L’oeil du futur en somme ! Date de mise en vente : 2027. 

transhumanisme

 

La technologie du transhumanisme existe déjà

Aujourd’hui, on peut remplacer tous les organes du corps humain, sauf le cerveau. Les avancées de la science et des nouvelles technologies permettent de proposer des alternatives au dysfonctionnement d’un organe ou d’un élément du corps humain. Prenons l’exemple des exosquelettes.

Ceux-ci raisonnent comme de la science-fiction maisdéjà en application pour baisser la pénibilité du travail et venir en assistance aux travailleurs ayant des tâches physiquement répétitives. Ils sont en test aujourd’hui pour permettre aux personnes tétraplégiques de marcher.

Grâce à un implant placé dans le cerveau, les signaux cérébraux sont enregistrés et décryptés pour actionner l’exosquelette. Les réseaux nerveux ne communiquent plus et ne vous permettent plus de commander votre corps? Voici un système qui les remplacent. 

 

Cependant, de telles technologies soulèvent bien des questions, au delà même de l’acceptation par la population de telles avancées. Ainsi plutôt que de remplacer un élément de son corps défaillant, pourquoi ne pas l’améliorer? Et jusqu’à quel point? Est-il souhaitable de vouloir une société de surhommes, où la longévité est prolongée à volonté? N’y aurait-il pas de déséquilibres selon les moyens de chacun? Quelle place pour la faiblesse?

Autant de questions pour si peu de cadre législatif. Le transhumanisme n’est pas une illusion, c’est maintenant, et ça ne fait que commencer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *